Sélectionner une page

Sécurité routière : une charte favorisant l’acquisition et le port d’un gilet airbag

Sécurité routière : une charte favorisant l’acquisition et le port d’un gilet airbag

actualités

L’arrivée des beaux jours est synonyme pour les motards du retour sur les routes. Usagers vulnérables, ils ont pour seule carrosserie leur équipement et paient chaque année un trop lourd tribut à la mortalité routière. En 2018, 756 usagers de deux-roues motorisés ont perdu la vie, représentant près de 25 % des tués, pour moins de 2 % du trafic.

Mardi 2 avril 2019, la Sécurité routière signait avec 9 organismes professionnels spécialistes de l’éducation routière et des deux-roues motorisés une charte de partenariat visant à protéger la vie de leurs usagers en favorisant l’acquisition et le port de l’airbag moto.

Cette signature est l’occasion pour la Sécurité routière de présenter sa nouvelle campagne incitant au port du gilet airbag moto, la seule protection fiable et efficace de l’abdomen, du thorax et de la colonne vertébrale où se concentrent 75 % des blessures des usagers de deux-roues motorisés en cas d’accident. Pour illustrer son efficacité en conditions réelles, une démonstration sur le fonctionnement de l’airbag en cas de chute à moto a été réalisée par un cascadeur professionnel sur l’esplanade du Château de Vincennes.

 Les chiffres clés :
– En 2018, 620 motocyclistes et 136 cyclomotoristes ont perdu la vie sur nos routes. *
– Les deux-roues motorisés représentent près de 25 % des tués pour seulement 2 % du trafic. *
– Le risque d’être tué à moto est 22 fois supérieur à celui d’être tué en voiture. *
– Les hommes représentent 96 % des conducteurs de moto tués, 94 % des conducteurs blessés hospitalisés et 92 % des conducteurs blessés légers. *
– L’absence d’équipements de protection (casque, gants, bottes, airbag…) est un facteur aggravant, y compris à faible vitesse. En 2017, 31 usagers de deux-roues motorisés tués dont 3 passagers ne portaient pas de casque. *
– 75 % des blessures subies par les usagers de deux-roues motorisés après un accident sont localisées à l’abdomen, au thorax ou à la colonne vertébrale. **

* Source : ONISR
** Source : Registre du Rhône, localisation des blessés graves AIS3+ et AIS4+ accidentés dans le Rhône (1996-2014). Une victime peut être atteinte sur plusieurs zones.