Sélectionner une page

Dossier Urbaanews : Conseils pour bien choisir son casque

Dossier Urbaanews : Conseils pour bien choisir son casque

reportages

Élément primordial de sécurité à deux-roues, un casque doit être choisi avec beaucoup d’attention pour qu’il soit ensuite porté avec plaisir. L’aspect design et look est incontournable, mais mieux vaut privilégier confort et qualité lors de cet investissement. N’oubliez pas, votre casque doit impérativement être remplacé après un choc violent.

LES DIFFÉRENTES MATIÈRES

Les coques des casques peuvent être fabriquées dans deux matières différentes. Il s’agit soit de fibres de verre ou carbone (coque dite composite), soit d’ABS ou de polycarbonate (coque dite injectée, plastique moulé sous pression). La première technique est plus complexe, donc plus chère, mais le niveau de protection n’est pas forcément meilleur, bien que tous les casques haut de gamme exploitent cette technologie « fibres ». De toute manière, le niveau de protection minimum est assuré par homologation (Norme ECE 22.05 et ECE 22.06 à partir de juin 2020).

LES DIFFÉRENTS TYPES

Il existe trois grands types de casques. La référence sur le plan de la protection reste bien évidemment l’intégral, le seul à assurer une vraie barrière contre les chocs à la face et notamment aux maxillaires. Le problème, c’est que l’intégral peut paraître oppressant pour certaines personnes et qu’il n’est pas très pratique en ville.

Le jet est le casque urbain par excellence, mais nous vous conseillons d’opter de préférence pour un modèle à écran relevable, beaucoup plus confortable que les petits jets à visière. Les écrans de type « pilote de chasse », appelé aussi demi-jet, avec découpe au niveau du nez, ont certes un look sympa, mais leur protection est limitée, notamment contre le froid en hiver. Enfin, mieux vaut opter pour un casque jet qui descend bien bas sur les joues et ne s’arrête pas juste en dessous des oreilles.

Reste la catégorie des casques hybrides, dits modulables. Ceux-ci disposent d’une mentonnière relevable, qui permet de passer en 2 secondes de la configuration intégrale à la configuration jet. C’est donc un choix de compromis. Mais attention, ces casques modulables sont souvent lourds et sont pour la plupart homologués uniquement position “intégral”, la position “jet” étant prévue uniquement à l’arrêt. Cela dit, la tendance à la double homologation (lettres P et J sur l’étiquette blanche) est amenée à se généraliser.

LES DIFFÉRENTES JUGULAIRES

Porter un casque est bien joli, mais cela ne sert strictement à rien s’il n’est pas attaché et correctement ajusté. En cas d’accident, le casque a la fâcheuse tendance à vouloir quitter votre tête… Il existe deux types de fixation de la jugulaire : automatique ou à double D. La première est la plus pratique puisqu’il s’agit d’un simple mécanisme d’enclenchement et de verrouillage, que l’on a auparavant réglé à sa taille. C’est rapide à mettre et

à retirer, même avec des gants. Le système à double D est plus fastidieux dans un premier temps (passer la jugulaire dans les deux boucles, puis la faire revenir dans la grande boucle), mais c’est le plus précis en ajustement, et certainement aussi le plus confortable. C’est le système qui est plébiscité en compétition moto. On le trouve aussi bien sur les casques jet que sur les intégraux.

LA TAILLE

Il est absolument indispensable d’essayer un casque avant de l’acheter, même si vous avez mesuré votre tour de tête et que vous êtes sûr de la correspondance des tailles. En effet, selon la morphologie de votre tête, un casque peut très bien vous aller, comme ne pas être fait du tout pour vous. Choisissez une taille très ajustée, quitte à être un peu serré au début aux joues et aux tempes, mais les garnitures intérieures vont se tasser. Dans le magasin, portez-le suffisamment longtemps pour vous assurer qu’il n’y a pas de points durs gênants, notamment au niveau du front. Si vous portez des lunettes de vue, essayez-le avec vos lunettes.

 

L’ENTRETIEN

Choisissez de préférence un casque dont les garnitures intérieures sont démontables : c’est bien plus pratique à nettoyer. Dans le cas contraire, le nettoyage est toujours possible, mais c’est fastidieux et le temps de séchage est très long. Pour les mêmes raisons, portez attention au mécanisme de démontage de l’écran, ce qui facilitera son nettoyage régulier à l’eau tiède et au savon (à la main, jamais de grattoir !).

LES ACCESSOIRES

Il existe plusieurs types accessoires pour les casques comme des écrans fumés ou irisés (effet miroir). Mais le plus utile est sans doute le Pinlock®, une lentille qui se fixe à l’intérieur de la visière. Ce système empêche la buée de se former à l’intérieur de casque. De série ou en option sur tous les types de casque (jet, intégral ou modulable).

L’intercom est un système pratique pour téléphoner, écouter de la musique ou bien encore discuter avec son passager et/ou entre plusieurs pilotes ou suivre les instructions de son GPS. Il existe deux types d’intercom : les modules universels et les systèmes directement intégrés aux casques. Les prix varient d’une centaine d’euros à plus 500 euros selon la capacité, la technologie… C’est aussi le seul moyen autorisé par la loi pour communiquer en moto.

Pour plus de sécurité, il possible de fixer un « feu connecté » à l’arrière du casque. Il s’adapte à la grande majorité des casques de moto disponible dans le commerce. Ce système fait office de « troisième feu stop », de feu de position et de feu de détresse. Certains modèles alerte même les secours en cas d’accident.