Sélectionner une page

Interview : Henri de La Porte, fondateur de Parking Map

Interview : Henri de La Porte, fondateur de Parking Map

reportages

Avec son application, ParkingMap entend faciliter la vie quotidienne des automobilistes en organisant au mieux leurs trajets et le stationnement. Henri de La Porte, fondateur de Parking Map, a accepté de répondre à nos questions.

Quelles sont les prestations proposées par l’application ParkingMap ?

L’application Modality, développée par ParkingMap, propose un service complet de stationnement et de mobilité. En effet, il s’agit de la première application multimodale intégrant le stationnement. Elle permet d’identifier les places libres autour de sa position pour s’y garer mais également préparer son trajet en fonction de sa position et de son adresse d’arrivée. Dans ce second cas un trajet multimodal sera proposé -lorsque cela est possible- en fonction des horaires de transports en commun et du stationnement disponible. Cette application en est à sa troisième version. Au fur et à mesure du développement de ParkingMap, elle a évolué avec les nouveaux services disponibles. Modality a été inauguré à Grand Paris Sud le jeudi 17 septembre.

Comment est-elle née ?

Elle est née assez naturellement en fonction de l’ADN de ParkingMap. A nos débuts, nous ne fournissions que les données de places libres. Néanmoins nous avons rapidement perçu que le fait de se garer devenait une étape dans un trajet et non plus une fin en soi. Ainsi, il devenait évident de devoir proposer ses étapes avec entre autres les transports en commun. Demain, il sera possible d’avoir les différentes mobilités souples (vélos, trottinettes, scooter, …)

Combien cela coûte-t-il ?

L’application Modality est gratuite sur les stores. Le stationnement et le fait de se déplacer sont des services proposés par les gestionnaires. Leur utilisation est -en générale- payante. Notre service est intégré dans un outil plus global pour le gestionnaire afin qu’il puisse voir, analyser et comprendre l’utilisation de son stationnement. Ainsi, il peut optimiser ses services auprès des administrés et faciliter leur utilisation, entres autres, avec notre application.

En quoi ces prestations sont-elles innovantes ?

L’innovation de cette application est l’agrégation de données de mobilité et de stationnement pour les restituer dans une application multimodale. Même si les médias relaient souvent la ferme volonté de certaines villes de supprimer les voitures, de nombreux français ont besoin de leur voiture. Ainsi il faut les aider, accompagner à trouver une nouvelle place pour se garer tout en les incitant à la multimodalité. L’un ne va pas sans l’autre.

Quelles sont les villes concernées par votre application ?

De nombreuses villes en France sont équipés et disponibles sur notre application. Soissons, Sancerre, Orléans, Mandelieu ou encore Gif sur Yvette ont cartographié tout ou partie de leur stationnement de centre-ville en temps réel. Grand Paris Sud et Clermont Ferrand ont également mis à disposition des usagers leur stationnement et y ajoutant la donnée multimodale. Aujourd’hui ParkingMap recense plus de 20 000 places et agrège la donnée de plus de 1 000 000 places en temps réel en France.

Travaillez-vous au développement de votre offre sur de nouvelles villes ? Si oui, lesquelles ?

Nous déployons nos systèmes dans de nombreuses villes en France. Dans les prochains mois une quinzaine de nouvelles villes seront équipées. Elles sont réparties sur tout le territoire français et sont de tailles très diverses ce qui nous conforte dans notre idée que le stationnement et les voitures sont un sujet de tous les français.

Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire sur les déplacements urbains de demain ?

La crise sanitaire a eu un double effet sur les déplacements urbains. Dans un premier temps, les voiture sont ressorties. En effet, elles sont gages de sécurité sanitaire. La ville de Paris a annoncé au déconfinement des milliers de places aux abords de la ville pour répondre à ce besoin de stationnement. Cet effet sera présent tant que les français ne sont pas rassurés sanitairement concernant les transports de substitution qu’ils avaient pris l’habitude de prendre. Le second effet est une véritable remise en question de nos principes. Nous avons vécu deux mois avec comme seule occupation courante le fait de se nourrir. Tout le reste a été remis en question et la mobilité n’y a pas échappée. Ainsi chaque français s’est demandé si de nouveaux modes de déplacement n’étaient pas mieux. D’où l’explosion du vélo et des nouvelles mobilités au déconfinement. Ces deux effets montrent bien le réel besoin d’apporter un service clé-en-main, fonctionnel et intuitif à l’usager pour qu’il puisse s’adapter très vite.

Pensez-vous que la multimodalité sera un élément essentiel des déplacements urbains dans les mois et années à venir ?

La multimodalité est et sera un élément essentiel des déplacement urbains. En revanche, il faut se laisser l’opportunité de proposer un nouveau service dans cette multimodalité et ne pas rester fermé aux nouveaux entrants. L’innovation dans le monde du déplacement va très vite et nous devons rester attentifs pour répondre en permanence aux besoins des français dans ce domaine.