Sélectionner une page

Essai Piaggio MP3 400 HPE Sport : Le fond plus que la forme !

Essai Piaggio MP3 400 HPE Sport : Le fond plus que la forme !

essais

Remplaçant du MP3 350, le nouveau trois-roues 400 proposé par Piaggio se met au diapason des nouvelles normes Euro5 et en profite pour accroître ses performances. Sur le fond, le tripode italien promet donc de très belles choses… sur la forme, les améliorations sont bien plus discrètes pour ne pas dire inexistantes. Séduisant ou trop conservateur ce MP3 400 ? Réponse dans l’essai qui suit.

Précurseur et maitre incontesté de la catégorie scooter trois-roues en France, le Piaggio MP3 est régulièrement attaqué de toute part par la concurrence. Quadro, Yamaha, Peugeot… les tentatives de « putsch » sont régulières sur le segment, mais l’empereur italien ne vacille que rarement. Ce nouveau 400 a d’ailleurs quelques arguments pour continuer d’enfoncer le clou.

Piaggio MP3 400 HPE Sport : Un MP3 c’est quoi ?

Non le MP3 n’est pas qu’un format de compression audio, c’est aussi l’un des scooters les plus populaires en France. Depuis son arrivée sur le marché en 2006, son succès ne s’est jamais démenti. Pour prendre le guidon d’un MP3, une permis voiture + une formation de 7 heures sont suffisants. Grâce à ce véhicule, vous disposez de deux points d’appui indépendants à l’avant qui limitent les dérobades en courbe, qui sécurisent les passages sur les grosses aspérités et qui permettent bien sûr de profiter du système roll lock pour ne jamais poser les pieds au sol même à l’arrêt. Dernière subtilité de la catégorie, la présence obligatoire d’un freinage couplé au pied.

Piaggio MP3 400 HPE Sport : Plastique et aspects pratiques identiques

Question design, le MP3 400 conserve les mêmes traits que son prédécesseur. Courbes similaires, même calandre en nid d’abeilles, feux à leds identiques… rien ne change. La version sport essayée ici adopte des marche-pieds alu, des jantes avec liserés rouge et des ressorts d’amortisseurs rouges. Les aspects pratiques sont également bien connus des initiés. Nous retrouvons notamment une large bulle non réglable, un dosseret passager, des poignées de maintien, des repose-pieds repliables, un crochet accroche-sac et un coffre sous la selle capable de recevoir deux casques intégraux.

Question design, le MP3 400 conserve les mêmes traits que son prédécesseur.

La version sport essayée ici adopte des marche-pieds alu, des jantes avec liserés rouge et des ressorts d’amortisseurs rouges.

Les jantes avec liserés rouge apportent une touche sportive au Piaggio MP3 400

Sous la selle, le Piaggio MP3 400 peut accueillir deux casques intégraux.

Le nouveau moteur est excellent à tous les égards et la technologie MIA de série apporte une belle touche de modernité, mais le reste ne surprend pas.

Niveau rangement, nous retrouvons également une boîte à gant frontale incluant une prise USB. De son côté, le tableau de bord n’évolue pas. Il est toujours aussi complet, mais l’absence d’écran TFT se fait ressentir. Même déception concernant la présence d’un barillet de contacteur classique alors qu’une smart key aurait pu apporter une bonne touche de modernité.

Piaggio MP3 400 HPE Sport : Un scooter qui danse le MIA et un moteur qui chante juste

Désormais de série, l’application MIA permet notamment de gérer vos appels et votre musique du bout des doigts. Cette technologie permet également de connaître votre consommation moyenne et d’autres informations plus ou moins essentielles. Finalement, le plus gros changement de ce nouveau modèle 400 se situe au niveau de la motorisation qui passe de 30 à 35 chevaux. Le couple fait un bond tout aussi important en passant de 29Nm à 6250 tr/min à 37,7 Nm à 5500 tr/min. Des performances de haut niveau pour la cylindrée, d’autant qu’il a fallu composer avec les normes de plus en plus exigeantes. Sur le papier, le résultat est là puisque le 400 rivalise avec le modèle 500 sur les 60 premiers mètres d’accélération… rien que ça !

Le train avant est collé au sol et les aspérités de la route sont avalés sans sourciller.

La technologie MIA permet de connaître votre consommation moyenne et d’autres informations plus ou moins essentielles.

L’application MIA se pilote depuis les commodos gauche.

Le plus gros changement de ce nouveau modèle 400 se situe au niveau de la motorisation qui passe de 30 à 35 chevaux.

Remplaçant du MP3 350, le nouveau 3-roues 400 proposé par Piaggio se met au diapason des nouvelles normes Euro5 et en profite pour accroître ses performances.

Piaggio MP3 400 HPE Sport : Plus nerveux et plus silencieux

Dès la mise en route, nous constatons avec joie que la sonorité du monocylindre 4 temps injection est plus feutrée et moins entêtante que sur l’ancien 350. Un constat qui va de pair avec la réduction significative des vibrations et la disparition des à-coups à la mise des gaz. Comme promis par Piaggio, les envolées sont effectivement plus nerveuses grâce au nouveau moteur et les reprises ne manquent pas de souffle. Bien joué.

Pour attaquer les courbes avec sérénité, un petit temps d’adaptation s’impose pour les utilisateurs venant du monde des deux-roues. La sensation de « tomber » en prenant sa trajectoire est d’abord déroutante, puis l’envie de profiter de l’incroyable stabilité de l’engin prend le dessus. Le train avant est collé au sol et les aspérités de la route sont avalés sans sourciller. Pour éviter que le train arrière ne se fasse la malle, un système d’anti-patinage est proposé de série sur ce 400. Malgré ses 257 kilos, ce MP3 profite de ses trois points de contact au sol pour freiner fort et court. De son côté, l’ABS veille au grain pour limiter le blocage des roues.

Piaggio MP3 400 HPE Sport : Conclusion

Finalement, difficile de reprocher quoi que ce soit à ce nouveau Piaggio MP3 400 si ce n’est une prise de risque trop mesurée. Certes le nouveau moteur est excellent à tous les égards et la technologie MIA de série apporte une belle touche de modernité, mais le reste ne surprend pas. Toujours est-il qu’a moins de 9000 euros, vous avez devant vous un trois-roues performant, cohérent et polyvalent.

Équipement pilote

Casque jet HJC i30
Calotte :
polycarbonate injecté
Écran solaire : rétractable avec commande sur la platine derrière l’écran
Tailles : XS à XXL (53 à 64) selon les versions
Prix : 149,90€, (169,90 € versions déco)

Intercom Smart HJC by Sena
Technologie : Bluetooth 3.0
Autonomie : jusqu’à 7h en conversation et 7 jours en veille
Nombre d’utilisateur : jusqu’à 2 personnes
Portée : jusqu’à 400m
Fonctions : instructions vocales du GPS, musique, réduction du bruit du vent
Compatible : avec les casques moto HJC

Blouson Segura Braddy
Matière :
Fibre Tech 600D
Membrane : étanche
Doublure thermique : amovible
Protections : épaules et coudes Protect Flex ALPHA réglables homologuées CE

Gant Bering Zayane GTX
Matière : Cuir et textile
Saisonnalité : Mi-saison
Doublure : Membrane Gore-Tex imperméable
Touch screen : oui

Chaussure Bering Skydeck
Matière extérieure :
Cuir de Vachette
Membrane : Membrane Etanche
Doublure fixe : Polyester
Protections : Pointe, talon, sélecteur
Tailles : du 40 au 46