Sélectionner une page

Les vélos WhaTT, des vélos à effet « coup de pieds au cul »

Les vélos WhaTT, des vélos à effet « coup de pieds au cul »

actualités

Le vélo électrique n’en finit pas de se réinventer. Qui a dit que le vélo à assistance électrique était fait pour les vieux ou les asthmatiques ? Dorénavant, il va falloir revoir ses positions. Une nouvelle ère de vélos électriques est en train de faire son apparition sur le marché du VAE : celle des vélos à assistance électrique sportifs. La nouvelle marque française WhaTT a lancé une gamme de quatre vélos électriques, dont l’assistance ne fonctionne qu’à la demande du pilote en fonction de ses souhaits.

Cette jeune start-up française, installée à Annecy, est partie d’une feuille blanche avec pour objectif de construire un vélo le plus léger possible avec un cadre en aluminium, et surtout de donner l’impression d’être assis sur un vélo classique et vivace. Sur les VAE traditionnels le moteur et son action peuvent perturber le pilotage. En en plus, ils consomment constamment de l’énergie C’est pour cela que les WhaTT disposent sur le côté droit d’une transmission classique par chaîne avec un mono-plateau de 32 dents et d’une cassette de 11 vitesses 10/42 dents, conférant au vélo une conduite normale sans assistance, permettant ainsi de pédaler sportivement. Mais quand le besoin se fait sentir dans une montée difficile, le pilote se fait aider par une autre transmission située sur le côté gauche. C’est lui-même qui influe cette assistance grâce à une gâchette située au niveau de la poignée. Un moteur d’une puissance de 24 V à 29 V, situé sous la tige de selle se met alors en branle et envoie son énergie à la roue arrière via une courroie crantée. Ce coup de pouce temporaire de 160 N.m (ou plutôt « ce coup de pied au cul ») permet de franchir aisément tous les obstacles sans consommer outre mesure de l’énergie puisque l’assistance ne fonctionne qu’à la demande. La batterie de 200 Wh est logée dans un gros tube de selle, coiffant le moteur électrique.

Cette technologie est encadrée par quatre brevets qui ont nécessité quatre ans de mise au point, avec une enveloppe de plus d’un million d’euros. Son aboutissement a permis de sortir quatre modèles homologués : Urbain, Gravel, VTC et VTT (de 3600 à 4290 €). Ces vélos à l’esthétique peu conventionnelle sauront-t-ils séduire les plus sportifs ? D’autres marques travaillent également sur des VAE sportifs, mais en suivant des concepts différents. Ainsi, l’Espagnol Orbea, avec son nouveau VTT Rise, a préféré plutôt retravailler les algorithmes du moteur Shimano EP8, avec une batterie ultra légère, le tout logé dans un cadre avec une géométrie d’un vélo musculaire. Résultat, la conduite est bluffante, on a l’impression d’être sur un VTT classique au point d’oublier (presque l’assistance). Mais reconnaissons que le boost du WhaTT procure un sacré effet.